MENU

  HUMOUR

LIENS 

 

J'ADHERE A F.O. 

              

Rechercher

Présentation

CONTACT,VISITEUR,HORLOGE

Meteo Annecy 

 

     
     Force Ouvrière Carrefour - Retour à l'accueil
               
               
FO CARREFOUR

ANNECY

134 AVENUE

DE GENEVE

74000 ANNECY

TEL:04.50.10.75.79



SITE

MISE A JOUR

                    
JEUDI

27
 
 NOVEMBRE
                   
2014

A 21H00
 

CONVENTION CARREFOUR

juillet 2012

 
(cliquez ci dessous)

convention-copie-1.jpg

Cliquez sur la balance et accèdez à la Lettre Juridique de l'USC

 

Nouveau: Actualité Juridique
Cliquez sur l'image


Compteur de visiteurs en temps réel

VISITEURS CONNECTES

L'EQUIPE FO CARREFOUR ANNECY

logo CMJN-FGTA FO carrefour annecy (1)

 L'EQUIPE FO CARREFOUR ANNECY

SAM 0835 

DELEGUE SYNDICALE

LEONARD BORDIGNON

 

ELU AU COMITE ENTREPRISE

SAM 0837

YOHAN GUILLERMIN(titulaire CE)

 

ELU AU COMITE ENTREPRISE

20130112 143912-1

SIHEM AMARA(suppleante)

 

ELUS EN DP(titulaire)

SAM 0835

LEONARD BORDIGNON

 

SAM 0830

ABEL AWLISHIE(suppléant)

 

ELU AU DP(titulaire)

20130112 143912-1

SIHEM AMARA(titulaire)

 

ELU EN DP

martine gallis

MARTINE GALLIS(suppleante)

 

 

NOMME AU COMITE HYGIENE

ET SECURITE ET DES CONDITIONS

DE TRAVAIL(CHSCT)

SAM 0827

DANIEL VERCIN(CHSCT)(NOMME)

 

REPRESENTANT SYNDICALE AU COMITE ENTREPRISE(CE)

SAM 0824

BRUNO RUBAT DU MERAC

 

REPRESENTANT SYNDICALE AU CHSCT

SAM 0875

LAURENT FELLAHI

COUR DE L'ACTION ET ADHESION

 

Le détail des cours

 

ADHERER A FO CARREFOUR ANNECY

(cliquez ci-dessous)

LE BULLETIN D

1794689 780665381961356 100225390 n

SPECIALE IMPOTS 2014

3114-spe-impots-page-001

Qu'est-ce que l'ANI

http://i1.calameoassets.com/130311133130-7d0e10fe81c7a7c75f60d2ac208dd004/thumb.jpgQu'est-ce que l'ANI

Catégories

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Images Aléatoires

  • phoca_thumb_l_h_embauches.jpg
  • 11004
  • image001.jpg
  • manif 9
  • TOUR-DE-FRANCE-ANNECY-JEUDI-23-JUILLET-2009P1288.jpg
  • 13006

L'édito Les salariés de la distribution payent l’addition

Les salariés de la distribution payent l’addition

Un risque de déflation, une progression du e-commerce, une bonne dose de guerre des prix, quelques pincées de baisse des marges et une poussée de concentration commerciale : voilà le cocktail détonnant pour la distribution. C’est une réalité : Il s’agit de gagner ou de garder les parts de marché…La guerre des prix fait rage dans la distribution française depuis de longs mois, grignotant peu à peu les marges des distributeurs.


Pour récupérer les marges perdues les groupes bougent leurs pièces sur l’échiquier. Carrefour se réorganise et renforce ses structures d’achats et de logistique en interne ; Casino opère un rapprochement avec Super U ; Auchan se rapproche d’Intermarché ; Rewe, Colruyt et les Coop Suisses s’unissent pour bâtir une nouvelle structure baptisée Core. Quant à Leclerc, il recherche une alliance avec un distributeur italien…

Pour faire face à la stagnation de la consommation, à la tendance déflationniste de l’économie, mais aussi à la politique d’austérité du gouvernement qui réduit le pouvoir d’achat des consommateurs, les groupes ne vont pas rester statiques.

À l’instar de Carrefour qui, après avoir soufflé les Coop d’Alsace à Casino, a racheté Dia France, d’autres mouvements de consolidation commerciale devraient s’opérer. Mais pour financer cette bataille, tout pousse à réduire encore davantage les coûts, et cela ne conforte ni l’innovation, ni l’investissement, et encore moins le social.

Pour les centaines de milliers de salariés du secteur de la distribution, et plus largement de l’agroalimentaire, les conséquences sociales sont catastrophiques. Des emplois sont détruits, le niveau des rémunérations et les conditions de travail sont remis en cause, avec notamment des attaques toujours plus fortes contre le repos dominical. Une nouvelle fois, ce sont les salariés qui vont payer le plus lourd tribut à cette guerre.

Dans le même temps, le gouvernement de François Hollande poursuit sa politique d’austérité et rogne les droits des citoyens pour regagner la confiance de la finance internationale. Et cela au grand dam de certaines organisations syndicales qui ont fait campagne et appelé à voter pour lui.

Rappelons-nous que la liberté et l’indépendance sont les valeurs de Force Ouvrière. Elles ont de tout temps été défendues par nos leaders, André Bergeron, Marc Blondel et aujourd’hui Jean Claude Mailly.

Et nous, les militants Force Ouvrière, nous savons tous pourquoi ! Parce que notre engagement est de défendre dans toutes situations les emplois, les conditions de travail et le pouvoir d’achat.
 
Michel Enguelz -
Secrétaire fédéral - FGTA-Force Ouvrière

les derniers comptes rendus

Ecrire un commentaire
Lundi 2 juillet 2012 1 02 /07 /Juil /2012 13:12
- Voir les 0 commentaires - Communauté : force ouvriere

 

Maladie pendant les congés payés : les congés doivent être reportés !

27/06/2012 

Maladie et congés payés : le Droit du travail français est  désavoué par la Cour de justice de l’Union européenne.


La jurisprudence française considérait que le salarié tombant malade pendant ses vacances ne pouvait, en l’absence de texte, exiger la prolongation de son congé ou obtenir un nouveau congé, même non rémunéré (Cass. soc., 18 mars 1975, n° 73-40.824P).


Dès lors que l’employeur avait régulièrement accordé ses vacances au salarié, «il s’est acquitté de ses obligations légales pour la période de référence, sans que les divers incidents (telle que la maladie) qui ne sont pas de son fait et qui pourraient survenir pendant ce congé puissent modifier l’étendue de ses obligations» (Cass. soc.,8 novembre 1984, n° 82-42.372P), peu important que la convention collective applicable assimile certaines absences pendant la période de référence à un temps de travail effectif (Cass. soc., 4 décembre 1996, n° 93-44.907P).


S’il était guéri, le salarié devait donc, sauf dispositions conventionnelles plus favorables prévoyant expressément que la maladie interrompt le congé et  recule corrélativement la date de reprise du travail, reprendre son travail comme si aucun événement n’avait affecté son congé. A défaut, il encourait le risque d’être licencié pour motif réel et sérieux (Cass. soc., 11 janvier 1979, n° 77-41.556P).


Cette jurisprudence n’est désormais plus conforme à celle de la Cour de justice de l’Union européenne.


La directive européenne concernant certains aspects de l’aménagement du temps de travail (Directive 2003/88/CE du Parlement européen et du Conseil, du 4 novembre 2003, concernant certains aspects de l’aménagement du temps de travail (JO L 299, p. 9). Le droit au congé annuel résulte de l’article 7, paragraphe 1, de cette directive.)  reconnaît à tout travailleur le droit au congé annuel.


La Cour de justice de l’Union européenne rappelle à cet égard (Communiqué de presse n° 87/12) que, selon une jurisprudence constante (Arrêt de la Cour du 22 novembre 2011, KHS AG (C-214/10), voir aussi CP n°123/11.), le droit au congé annuel payé doit être considéré comme un principe du droit social de l’Union revêtant une importance particulière.


En sa qualité de principe du droit social de l’Union, le droit au congé est expressément consacré par la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. Ce droit au congé annuel payé ne peut être interprété de manière restrictive.


La Cour relève par ailleurs que la finalité du droit au congé annuel payé est de permettre au travailleur de se reposer et de disposer d’une période de détente et de loisirs.

Ainsi, cette finalité diffère de celle du droit au congé de maladie, celui-ci permettant au travailleur de se rétablir d’une maladie engendrant une incapacité de travail.


En tenant compte de la finalité du congé annuel payé, la Cour a déjà jugé qu’un travailleur en situation d’incapacité de travail avant le début d’une période de congé payé, a le droit de prendre celui-ci à un autre moment que celui coïncidant avec la période de congé de maladie (Arrêt de la Cour du 10 septembre 2009, Vicente Pereda (C-277/08).)  


Dans son arrêt du 21 juin 2012 (C-78/11), la Cour précise que le moment où est survenue l’incapacité est dépourvu de pertinence.


Par conséquent, le travailleur a le droit de prendre son congé annuel payé coïncidant avec une période de congé de maladie à une époque ultérieure, et ce indépendamment du moment auquel cette incapacité de travail est survenue.


En effet, il serait aléatoire et contraire à la finalité du droit au congé annuel payé d’accorder le droit au congé payé aux travailleurs uniquement à la condition que ce dernier soit déjà en situation d’incapacité de travail lorsque la période de congé annuel payé a débuté.


Dans ce contexte la Cour rappelle que la nouvelle période de congé annuel (correspondant à la durée de chevauchement entre la période de congé initialement fixée et la période du congé de maladie) dont le travailleur peut bénéficier après son rétablissement, peut-être, le cas échéant, fixée en dehors de la période de référence correspondante pour le congé annuel.

CJUE 21 juin 2012 (C-78/11)

-

Éric ROCHEBLAVE
Avocat au Barreau de Montpellier
Spécialiste en Droit du Travail, Droit de la Sécurité Sociale et de la Protection Sociale
http://www.rocheblave.com

Blog de l’Actualité du Droit du travail
http://www.droit-du-travail.org

 

Ecrire un commentaire - Publié dans : REVUE DE PRESSE - Par fo carrefour annecy
Retour à l'accueil

RETOUR A L'ACCUEIL

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés